Dernière heure  

Coups d’Etat en Afrique : Un acteur politique ivoirien fait des propositions

Depuis quelques années, le phénomène des Coups d’Etat a refait surface dans plusieurs pays francophone d’Afrique.

Le Mali, le Burkina Faso, la Guinée, le Tchad (plus par l’assassinat du président Idriss Deby, le 20 avril 2021), et tout dernièrement au Niger, font partie de ces pays qui ont renoué avec les coups d’Etat.

Une situation qui, au plan national, régional, continental et même international, n’arrange personne, à l’égard de l’insécurité dont doit désormais faire face la population.

Et si nombreux sont ceux qui se posent des questions pour tenter de trouver une solution à ces coups d’Etat, il y en a qui pensent avoir la solution. C’est du moins le cas de Gnamien Konan, cadre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA).

Dans un post qui date du dimanche 30 juillet 2023, l’ancien Directeur des Douanes ivoiriennes, s’est fait fort de proposer une solution qui, selon lui, pourrait régler ce problème d’insécurité sur le continent. « Pour éviter tout ça, est-ce qu’il ne faudrait pas essayer le mandat unique de 5 ans? Enfin, moi je cherche la solution parce qu’apparemment, comme pour les détournements de deniers publics, les sanctions n’effraient personne ! Ton successeur peut achever ton chantier inachevé« , a-t-il soumis.

À l’en croire, les sanctions prises par les organismes régionales comme la CEDEAO ou UA, et même la communauté internationale, ne semblent pas avoir l’effet escompté sur les auteurs de coups d’Etat.

A sa suite, répondant à ce post sur le compte Twitter de l’ancien ministre, Silué Nanougui, un autre observateur ne d’emblée pas tout à d’avis avec cette proposition de Gnamien Konan. Mieux, pour lui, la solution est ailleurs. « Il faut prioriser les besoins et les rendre impersonnels pour tous les politiciens qui veulent diriger le pays, ensuite une fois élu,une feuille de route lui est imposée à travers le contrôle d’une chambre forte représentative de toutes les sensibilités du pays« , a-t-il soumis.

Et Silué Nanougui d’ajouter : « La limitation du nombre de mandats n’est pas le problème,le gars peut venir avec son équipe pour voler passer son temps à voler car sachant que dans cinq ans ils vont partir et vers la sortie dire que le temps (5ans) n’a pas permis de réaliser le programme. C’est une culture« .

L’une comme l’autre, chaque proposition pourrait avoir son sens à l’égard de l’angoisse des populations.

Abou ZEID

 

Read Previous

Entrepreneuriat : Des jeunes s’instruisent sur les secteurs d’activités d’avenir

Read Next

Crise au Niger : Ségolène Royal recadre la situation

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular