IBK

”Sans Détour” (Mali) : IBK, voici les défis prioritaires !

Sans démagogie, beaucoup de choses ont été faites durant ce premier mandat, mais beaucoup restent encore à faire et à parfaire. Sur le plan de la sécurité, les attentes du peuple sont encore énormes. Il s’agit d’abord d’accélérer la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation afin de garantir le retour de l’administration sur toute l’étendue du territoire national. Cela, pour assurer également les services sociaux de base aux populations partout où elles se trouvent à l’intérieur du pays.

L’une des priorités des attentes du peuple demeure également les solutions aux conflits intercommunautaires au centre du pays. Aujourd’hui, c’est devenu plus qu’une nécessité d’user de tous les moyens légaux de l’Etat pour restaurer le vivre ensemble entre les communautés du centre. Pour ce faire, l’Etat doit toujours prioriser le dialogue. Il s’agira ici d’organiser un dialogue national avec les vrais acteurs pour discuter sur la situation et trouver une solution acceptable par tous. Ce dialogue ne doit pas être basé uniquement sur les questions sécuritaires, mais aussi sur celles de l’emploi et du développement local durable.

Ces rencontres permettront aux protagonistes de s’asseoir autour de la même table avec les représentants de l’Etat pour discuter, identifier ce qui les oppose et déterminer ensemble un nouveau mode de vivre ensemble dans la quiétude et dans le respect mutuel. Pour des localités stratégiques, il est aussi nécessaire d’initier des rencontres d’échanges communautaires pour partager avec ces populations les décisions prises lors du dialogue national. Cette mission ne peut, en aucune façon, être confiée aux forces armées et de sécurité.

La sécurité des personnes et de leurs biens de manière générale constitue également un autre grand défi auquel le président de la République va encore faire face. Pour gagner ce pari, le Chef de l’Etat doit forcément améliorer la gouvernance pour ne pas permettre à des réseaux criminels de profiter des failles de l’Etat pour imposer leurs lois aux populations.

Dans tous les pays du monde, les experts sont convaincus que le chômage des jeunes est une bombe à retardement. C’est pourquoi, le président doit en faire toujours une priorité. Pour ce second quinquennat, Ibrahim Boubacar Kéita doit mettre l’accent sur des mécanismes de reconversion des étudiants en fin de cycles universitaires. Les programmes dispensés dans nos universités et écoles supérieures ne répondant plus aux critères du marché d’emploi et l’Etat n’ayant pas les moyens de recruter tous ses diplômés.

En plus de cela, il faut aussi une vraie réforme du système éducatif permettant d’améliorer la qualité de l’enseignement de manière à rendre conformes les contenus des programmes d’enseignement aux besoins réels du pays. C’est la somme de cette bonne formation qui permettra à notre pays de se doter de bons patriotes à même de respecter le denier public. C’est de cela que le Mali a besoin aujourd’hui pour être au rendez-vous des grandes nations du monde.

Ousmane BALLO

Source : Ziré-Hebdo

(Visited 56 times, 1 visits today)