Mohamed Youssouf Bathily dit Ras Bath

La région de Kayes exige des excuses publiques du chroniqueur Ras Bath

Admiré par la rue, craint par le pouvoir et convoité par les politiques, Ras Bath s’est offert à Soumi et mis le CDR à ses services. Et depuis, il est engagé comme tous les membres de l’équipe de campagne à porter le candidat de «Ensemble Restaurons l’Espoir»  à Koulouba. C’est ainsi que dans son émission «Cartes sur Table» du mardi 31 juillet Ras Bath, après avoir dénoncé des bourrages d’urnes et l’incapacité de l’Etat à assurer la sécurité sur une partie du territoire, s’en est pris à la population de la région de Kayes. Des propos qui ont d’ailleurs couté au Renouveau FM le prix de sa fermeture sur ordre du gouverneur de Bamako, le colonel Débérékoua Soara. Le gouverneur a estimé que Mohamed Youssouf Bathily, a tenu des «propos d’incitation à la haine et à la révolte». Conséquence, la Radio Renouveau FM «est fermée jusqu’à nouvel ordre (…) en vue de préserver l’ordre public et la tranquillité dans le district de Bamako», indique le gouverneur. Mais le gouverneur intervenu pour l’ordre public de Bamako, Soumi est appelé à recadrer son faiseur de Roi pour espérer convaincre les indécis, qui représentent plus 51% des Maliens aptes à voter.

En effet, dans le cadre de la tournée du candidat Soumaïla Cissé à Kayes, Ras Bath a assisté au meeting du candidat de l’espoir, au Stade Abdoulaye Macoro Sissoko au cours de laquelle, il a longuement échangé avec les responsables régionales. Sauf qu’à la sortie des urnes du 29 juillet, le résultat n’a pas été à la hauteur de la popularité du guide encore moins  des propos et des confidences çà et là recueillis. Du coup, Rasta s’en est pris aux populations pour le score de son candidat.

Et pour cause, selon le chroniqueur, en dénonçant les insuffisances de l’hôpital de leur région, 7 chefs de village, le président de la RECOTRADE et celui de la société civile de Kayes s’indignaient que la simple maladie du dialyse est intraitable à Kayes faute de machine qui ne coute que 70 millions et que la ville de Kayes soit inaccessible à cause du délabrement de la route. S’y ajoute, selon le chroniqueur, que le chômage bat son plein en première région en dépit de ses richesses aurifères et faute de fonctionnement convenable du chemin de fer. Combien sont les jeunes de cette région qui sont morts sur la sable ou qui ont échoué au fond des océans et combien ont été refoulés sous le quinquennat IBK après avoir franchi les frontières européennes, s’est-il interrogé. Et de s’étonner, de voir ces mêmes personnes voter pour Boua moyennant des billets de 10 000 fcfa. Les interrogations du conseiller spécial de Soumi sont parties trop loin puisqu’au-delà de mettre en cause la dignité et la moralité de toute une région, il est parti jusqu’à douter de la noblesse de ces interlocuteurs de Kayes.

Il se peut qu’ils n’aient pas compris l’esprit des propos du guide comme prétendent certains proches du candidat. Mais Rasta devrait savoir qu’on ne peut faire comprendre à une personne qui n’a vu une mare, la grandeur et la majesté d’un océan.

En attendant, Kayes attend des excuses publiques

Amidou Keita

Source : Le Témoin 

(Visited 98 times, 1 visits today)