La mission d’observation de l’Union africaine affirme ne détenir “aucun élément tangible” démontrant de quelconques irrégularités.

Bamako, 13 août 2018 La communauté internationale suit avec intérêt l’élection présidentielle dans ce vaste pays du Sahel toujours confronté à la menace jihadiste malgré cinq années d’interventions militaires internationales. La mission d’observation de l’Union européenne, qui avait été rappelée à l’ordre par Bamako dans l’entre-deux tours pour avoir appelé à davantage de “transparence”, doit présenter ses premières conclusions mardi matin.
Notant que les deux camps se sont accusés de “fraude ou de tentatives de fraude”, la mission d’observation de l’Union africaine a indiqué lundi, “à ce stade”, ne détenir “aucun élément tangible” démontrant de quelconques
irrégularités.

Baisse des incidents –

Le deuxième tour s’était pourtant déroulé dans un climat plus apaisé que le premier. Seuls 490 bureaux de vote – sur 23.000 – n’ont pu ouvrir, soit moitié moins que le 29 juillet, a indiqué le général Traoré. “Nous avions un peu plus de 3,7% des bureaux qui n’avaient pas fonctionné normalement” lors du premier tour, dont M. Keïta était sorti largement en tête avec près de 42% des voix pour 17,78% à son concurrent, a noté le général Traoré. Il a estimé à 2,1% le nombre de bureaux restés fermés dimanche. Il a attribué ce succès à la “montée en puissance” de l’armée qui avait déployé 36.000 hommes, 6.000 de plus qu’au premier tour.
La grande majorité des bureaux restés fermés (440 sur 490) étaient à nouveau situés dans la région de Mopti (centre), en proie à des violences ethniques attisées par des groupes jihadistes. Les autres se trouvent dans le
Nord, dont 23 dans la région de Tombouctou, où l’Etat est peu ou pas présent et où un président de bureau de vote a été tué par six jihadistes présumés lors du plus grave incident de la journée. Le scrutin, déterminant pour l’avenir du Sahel, s’est déroulé dans la relative indifférence de la population entre météo pluvieuse, risques de violences et manque de suspense.
L’Union européenne a appelé à la “transparence” dans chaque étape de la compilation des résultats. Selon le camp de M. Cissé, des bulletins de vote “circulaient” ces derniers jours, preuve que des bourrages d’urnes étaient en préparation. Des journalistes de l’AFP ont constaté que dans au moins six bureaux de vote de Bamako, les procès-verbaux électoraux avaient été préremplis et signés avant même la fin du vote. Ibrahim Boubacar Keïta a répliqué aux accusations en dénonçant des “manoeuvres” de l’opposition. Notant que les deux camps se sont accusés de “fraude ou de tentatives de fraude”, la mission d’observation de l’Union africaine a indiqué lundi, “à ce stade”, ne détenir “aucun élément tangible” démontrant de quelconques irrégularités.
Source : AFP

(Visited 156 times, 1 visits today)