Affaire Benalla: Emmanuel Macron change de stratégie

Une semaine après le déclenchement de l’affaire Benalla, Emmanuel Macron s’est de nouveau exprimé ce mercredi 25 juillet pour tenter de désamorcer la crise.

Emmanuel Macron poursuit son opération de reconquête. « Vous avez dit ces derniers jours beaucoup de bêtises », a-t-il lancé ce mercredi aux médias, en marge d’un bain de foule à Bagnères-de-Bigorre, dans le sud-ouest de la France. Evoquant les avantages dont aurait bénéficié son ex-collaborateur Alexandre Benalla, le chef de l’Etat l’affirme : « Tout cela était faux. »

« J’ai vu ces derniers jours beaucoup de gens perdre la raison avec des réactions disproportionnées et avec une violence…. », a regretté Emmanuel Macron, fustigeant le recherche d’« un procès politique sur la base d’une affaire qui est triste mais qui est l’affaire d’un homme ». « Je suis fier de l’avoir embauché à l’Elysée parce que c’était quelqu’un qui était dévoué et qui avait un parcours différent », a-t-il encore affirmé aux journalistes de BFMTV et CNEWS, seuls présents dans cette étape qui n’était pas prévue à son agenda.

Calmer les esprits

Après cinq jours de silence suite aux révélations du Monde sur les violences commises par son ex-collaborateur lors des manifestations du 1er-Mai, Emmanuel Macron tente de reprendre la main. Son but : essayer de désamorcer lui-même les critiques dont il fait l’objet afin de calmer les esprits. Sa tactique : assumer toutes les décisions prises par ses collaborateurs pour sanctionner Alexandre Benalla dont il condamne les actes violents qualifiés de « choquants », tout en ne reniant pas les qualités dont il avait fait preuve auparavant et qui l’avaient incité à l’embaucher.

Alexandre Benalla « a fait une faute réelle, grave, que j’ai vécue comme une trahison. Il a été sanctionné pour cette faute. Il a ensuite repris son travail conformément à cette sanction. Quand il a fait une deuxième faute, il a été sanctionné plus durement, par un licenciement », a rappelé le chef de l’Etat. Emmanuel Macron assume, mais admet néanmoins qu’il n’est pas « infaillible ». Il cherche ainsi à faire comprendre que la recherche de l’exemplarité n’empêche pas de faire des erreurs.

Remobiliser la majorité

La riposte a commencé hier après-midi lors de la séance des questions au gouvernement au Palais Bourbon. Dans une ambiance électrique, le Premier ministre Edouard Philippe a répondu au feu roulant des critiques des députés. Avec déjà les mêmes arguments que ceux avancés depuis par Emmanuel Macron. L’affaire Benalla n’est pas « une affaire d’Etat », mais « une affaire individuelle », a ainsi martelé le chef du gouvernement. L’opération s’est poursuivie avec l’audition du directeur de cabinet de l’Elysée Patrick Strzoda devant la commission des Lois de l’Assemblée nationale, qui a assumé les sanctions prises contre Alexandre Benalla. Puis avec une prise de parole du président lui-même qui a remobilisé sa majorité.

Devant des ministres et des élus LREM-MoDem réunis à la Maison de l’Amérique latine à Paris pour arroser la fin de la session parlementaire, le chef de l’Etat s’est affirmé comme « le seul responsable » de l’affaire. « Qu’ils viennent me chercher », a-t-il lancé, bravache.

Si le défi s’adressait à l’opposition, celle-ci ne demande que ça, réclamant, au moins pour une partie d’entre elle, que le président de la République vienne répondre aux questions des commissions parlementaires et s’exprime devant l’ensemble des Français, plutôt que de ne parler qu’à son camp. Mais le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux rejette l’hypothèse d’une audition d’Emmanuel Macron par les députés, au nom du principe de la séparation des pouvoirs. Quant à s’adresser aux Français, il n’en est pas non plus question pour le moment. Le président reste le « maître des horloges », assure Benjamin Griveaux.

L’Assemblée se déchire sur la liste des auditions

Mais pendant que la majorité peaufine sa stratégie de communication, les commissions d’enquête parlementaire poursuivent leur travail. Le directeur de cabinet du président Patrick Strzoda était ainsi auditionné ce mercredi par la commission des Lois du Sénat qui l’a interrogé notamment sur la sanction infligée à Alexandre Benalla. Alors que le porte-parole de l’Elysée Bruno Roger-Petit avait indiqué que l’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron avait fait l’objet d’une mise à pied de 15 jours avec retenue sur salaire, Patrick Strzoda a livré ce mercredi une version un peu différente. D’après lui, M. Benalla a touché l’intégralité de son salaire en mai et la retenue sur ses jours de congés. Voilà qui devrait nourrir à nouveau le feu des critiques de l’opposition.

A la commission des Lois de l’Assemblée, en revanche, la séance du jour a été houleuse, les députés se déchirant sur la suite des auditions. Alors que la majorité LREM jugeait « inutile » d’auditionner d’autres membres de l’Elysée et du gouvernement, les oppositions ont dénoncé « une mascarade ». Il a finalement été décidé à la suite d’un vote que le préfet de police de Paris et le directeur de l’ordre public et de la circulation seraient de nouveau entendus, et d’ajouter le responsable de la compagnie de CRS présente sur les lieux où Alexandre Benalla a molesté deux manifestants.

Parallèlement, une perquisition du bureau d’Alexandre Benalla à l’Elysée a été menée aujourd’hui, dans le cadre de l’enquête judiciaire ouverte après les révélations du Monde. Débutée en milieu d’après-midi, elle s’est achevée vers 20h, en présence de l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron, mis en examen dimanche notamment pour « violences en réunion ».

Source : RFI

(Visited 50 times, 1 visits today)