Mohamed Ag Erlaf, ministre de l’Administration Territoriale

Assemblée nationale : Les Éclairages du gouvernement sur les nouvelles régions et la Sécurité des élections

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile et celui de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale étaient, hier, face aux élus de la nation.

Mohamed Ag Erlaf avait été interpellé par l’honorable Zoumana N’Tji Doumbia (élu à Bougouni) sur l’application de la loi n°2012-017 du 2 mars 2012 portant création des circonscriptions administratives en République du Mali. Il se devait aussi de rassurer les élus de la nation sur certains aspects de l’organisation de la présidentielle du 29 juillet prochain. Ce point, inscrit au chapitre des questions d’actualité, a aussi concerné le ministre de la Sécurité et de la Protection civile qui a invoqué les dispositions prises pour sécuriser le scrutin. .

Au-delà, le général Salif Traoré a été également interpellé sur les conflits intercommunautaires qui opposent particulièrement et régulièrement les Peulhs et les Dogons au centre du pays. Sur ce même sujet sensible, le ministre en charge de la Réconciliation nationale, Mohamed El Moctar a évoqué les efforts faits au niveau de son département pour recoudre le tissu social.

L’honorable Zoumana N’Tji Doumbia, élu à Bougouni, souhaitait connaitre les raisons du retard constaté dans l’opérationnalisation des nouvelles circonscriptions administratives. Pour rappel, la loi n°2012-017 du 2 mars 2012, dans son article 1er a créé 11 nouvelles régions : Taoudénit, Ménaka, Nioro, Kita, Dioïla, Nara, Bougouni, Koutiala, San, Douentza et Bandiagara. L’article 4 de la même loi dispose que la mise en œuvre de ces régions sera échelonnée sur cinq ans à compter de sa promulgation. A ce jour, seules les Régions de Ménaka et de Taoudénit ont vu le jour.
D’où l’inquiétude du député Zoumana N’Tji Doumbia. Pourquoi ce retard? Le gouvernement est-il confronté à un problème de personnels ou à un problème financier ? Voilà autant de questions qu’il a adressées au ministre concerné. En réponse, Mohamed Ag Erlaf a rappelé l’engagement ferme du gouvernement à mettre en œuvre, intégralement, ladite loi. Un engagement entamé par l’instabilité qu’a connue notre pays en 2012.

Cette crise a occasionné des «retards dommageables à l’identification précise des éléments constitutifs des futures régions», a-t-il dit. Qu’à cela ne tienne, le gouvernement, selon Mohamed Ag Erlaf, a déjà procédé à un ensemble d’évaluations financières et des ressources humaines nécessaires à l’opérationnalisation de l’ensemble des régions. «En termes financiers, nous avons estimé à 100 milliards la mise en œuvre immédiate et totale des régions», a-t-il révélé, avant d’informer les députés de la décision du gouvernement de nommer, en juillet prochain, les gouverneurs des régions de Nioro, Dioïla, Bougouni et Koutiala. Aussi, le gouvernement a, en perspective (pour 2019) l’opérationnalisation des régions de Kita, Nara, San, Douentza, Bandiagara et Koro. Cette séquence a été suivie de celle relative aux questions d’actualités, à savoir l’organisation de l’élection présidentielle et les conflits intercommunautaires au Centre du pays. Sur la présidentielle, les députés ont exprimé des préoccupations concernant l’acheminement et la sécurisation du matériel électoral sur toute l’entendue du territoire national ; la sécurisation des centres de vote. Dans ses éléments de réponse, le ministre Mohamed Ag Erlaf est revenu sur les dispositions prises, notamment en milieu urbain, pour une distribution optimale des cartes d’électeur. Dans les centres urbains, les opérations de distribution auront lieu, comme d’habitude, dans les établissements scolaires (retenus comme centres de vote). «Sur l’ensemble du territoire et à l’extérieur, nous avons 12.925 centres de vote qui totalisent 23.041 bureaux de vote», a-t-il souligné, précisant que le nombre exact d’électeurs est de 8.000.462.

S’agissant de la crédibilité de l’élection, le ministre de l’Administration terriotiale a rappelé toute une batterie de mesures contenues dans la nouvelle loi électorale dont l’élaboration a été participative. Toutes les modifications, selon lui, visent à «rendre crédibles ces élections, en supprimant les suspicions qui pourraient pu avoir entre majoritaire et opposition». L’incident survenu à Kéniéba n’a pas échappé aux débats. Le ministre, qui a résumé l’incident en un «problème de travail qui a mal dégénéré», a informé que des personnes ont été interpellées et mises à la disposition de la justice. Aussi, a-t-il tenu à préciser que le préfet et l’administration ont été remis dans les conditions d’exercer convenablement leurs missions afin que ce qui est arrivé ne puisse pas entraver les préparatifs des élections. «Les nouvelles cartes de Kéniéba sont arrivées hier jeudi», a-t-il annoncé.

Mohamed Ag Erlaf a reconnu que des difficultés d’ordre sécuritaire subsistaient. A ce propos, son collègue de la Sécurité, le général Salif Traoré, a rassuré que le gouvernement a mis en place une commission nationale de sécurisation des élections. Et cette commission est à la tâche, a-t-il assuré, ajoutant que les cartes d’électeur ont été déployées sous la protection des forces de sécurité qui vont également sécuriser leur distribution. Il a aussi assuré que le jour du scrutin, en plus des dispositifs statiques devant chaque centre de vote, il y aura des patrouilles mobiles. Aussi, chaque candidat aura droit à une garde rapprochée. «A cet effet, nous sommes en train de réactiver le dispositif déployé lors du Sommet Afrique-France», a dit le général Salif Traoré.
La seconde question d’actualité a porté sur les conflits intercommunautaires au Centre.

Cette situation dramatique a été décriée par les élus, dont certains ont tenu l’Etat pour responsable de l’exacerbation de la tension. Du fait de cette crise, les députés Adama Paul Damango (Groupe ADP-Maliba-Sadi) et Yousouf Aya (Adema-Pasj) estiment que beaucoup d’écoles sont fermées et que les centres de santé et les activités économiques tournent au ralenti dans le pays dogon.

Sur ce sujet, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a indiqué que le gouvernement a vite pris conscience de la gravité de la situation, c’est pourquoi il a mis en place un plan de sécurisation des régions du Centre. Ainsi, des milliers de militaires sont déployés dans cette partie du pays et cette opération militaire s’accompagne de la mise en place de postes de sécurité dans les chefs-lieux d’arrondissement. Il a cité les localités de Sindéké, Kouakoura, Sokoura, Mondoro, Djaloubé, Dinangourou (Mopti) et celles de Saye, Sokolo, Monipébougou (Ségou) qui ont toutes des postes de sécurité. «Avant la fin de ce mois, d’autres postes seront installés», a promis le ministre, ajoutant que les forces de sécurité sont en train de désarmer les milices.

Issa DEMBÉLÉ

Source : Essor

(Visited 30 times, 1 visits today)