Politique : Le deal qui se prépare entre Ras Bath et Soumaïla Cissé

Quel revirement spectaculaire de Ras Bath ! Désormais, la seule interrogation qui vaille est comment va se terminer leur pacte ? Pacte qui a commencé à prendre effet avec l’appel et la participation de Ras Bath à l’investiture de Soumi, le 12 mai 2018.

Sommes-nous dans le scénario du début de la fin du CDR ? A l’allure où vont les choses, le CDR est au bord de l’implosion. Il ne peut plus résister à l’érosion du temps et des événements qui le secouent présentement. La majeure partie des militants du CDR sont sur pied guerre depuis qu’ils ont appris que leur ‘’guide’’, a, officieusement, donné sa voix au candidat Soumaïla Cissé pour l’élection présidentielle du 29 juillet prochain.

Pourtant Ras Bath était hier l’ennemi juré de Soumi qu’il avait même qualifié de “voleur”. Mais avec ce revirement, il voulait lui donner une certaine virginité. Un acte que les sympathisants de Rasta ne peuvent ni supporter encore moins accepter. La déchirure incommensurable est en cours.

Même si c’est pour assurer “ces moutons de Panurge”, selon certains observateurs crédibles, Rasta s’est forcé à rédiger un manifeste au nom du CDR. Manifeste qui ne vaut plus rien au regard du malaise actuel. Les différents bureaux de la diaspora commencent à ne plus se réclamer de la frange du Rasta et veulent le bouter hors de leur cour de récréation.

Un pacte du diable taillé sur mesure

Les deux hommes (Soumi et Rasta) sont désormais officiellement liés par des intérêts politiques. Pour convaincre Rasta, Soumi a joué gros. Il est dans l’obligation d’accepter toutes les conditions qui lui ont été soumises par Rasta. Ces conditions seraient, entre autres, sa nomination au ministère de la Jeunesse et de la Construction citoyenne et l’insertion directe des membres du CDR dans la police, la douane et les différents départements, une fois élu.

Selon leurs détracteurs communs, leur objectif est de transformer la future administration en fumoir avec des gens de son acabit, sans éducation ni niveau intellectuel digne d’une responsabilité quelconque. Cette attitude a provoqué la révolte au sein du CDR.

Bientôt, disait un sage, Rasta ne sera qu’un vil prêcheur soit dans la rue, soit dans les radios ou encore avec des vidéos sur les réseaux sociaux. Peut-être sa seule chance est l’élection de son candidat à la magistrature suprême. Car si ses ennemis de la Convention de la majorité présidentielle arrivaient au pouvoir, il risque de faire ses valises pour une destination inconnue, ajoute-t-il.

Un poil dans la sauce est le fait que les membres du CDR de Philadelphie disent détenir deux vidéos bombes avec eux sur Soumi et Rasta. Selon les membres, “la révolte s’active contre Rasta et son parrain Soumi . On préfère IBK…”

M. M.

Source : Le Point

(Visited 109 times, 1 visits today)