Housseini Amion Guindo, Président de la CODEM

Écoles communautaires : – Le ministre de l’Education révèle « 10 000 enseignants fictifs » – Le syndicat et les parents réclament des preuves

Dans le cadre de l’intégration des écoles communautaires et le recrutement de leurs personnels dans la fonction publique des collectivités, un vaste programme de recensement et de contrôle a été organisé sur toute l’étendue du territoire national. A mi-parcours, l’enquête a révélé l’existence de 10 000 enseignants fictifs sur les 16 000 enseignants communautaires. Cette fraude occasionne plus de 33 milliards F CFA de perte au Trésor public, selon les enquêteurs.

Sur le déficit de bonne moralité dans le milieu scolaire, notamment chez les administrateurs et les enseignants, le ministre de l’Éducation a fait des révélations fracassantes. Selon les responsables du département, « il y a certains enseignants qui prennent quatre salaires différents avec 4 matricules différentes mais ne travaillant que dans un seul établissement ». Aussi, poursuit le ministre Housseini Amion Guindo, il y a des « morts vivants » qui prennent des salaires depuis une dizaine d’années.

Selon le ministre Guindo, la direction des ressources humaines de l’éducation a identifié plus de 3 000 faux diplômes au moment de l’intégration des enseignants en 2016. En plus des enseignants fictifs, plus de 5.000 élèves fictifs ont été constatés par les enquêteurs. Le ministre révèle aussi que certains promoteurs d’école, en complicité avec des cadres du département, ont des noms d’élèves qui n’existent même pas.

S’agissant des cantines scolaires, Housseini Amion Guindo déclare que l’Etat investit plus de 3 milliards de FCFA dans les cantines scolaires. Toutefois, M. Guindo dit n’avoir vu aucune cantine fonctionnelle lors de ses tournées.

Face à cette situation, le ministre annonce que des actions sont en cours pour nettoyer définitivement le fichier, mais aussi situer les responsabilités.

Des responsables du Syndicat national de l’éducation et la Culture pensent qu’il est trop tôt pour affirmer l’existence de 10 000 enseignants fictifs. Selon eux, le contrôle physique en cours n’est pas encore terminé. Pour Soumaïla H Maiga membre du SNEC et chargé des écoles communautaires, tous les dossiers des enseignants communautaires sont passés par les services de l’État à travers une commission qui a confirmé la régularité des 16 000 enseignants

Certains parents d’élèves, aussi, émettent des doutes sur le nombre d’enseignants fictifs décelés par le département en charge de l’éducation. Toutefois, Mme Coumba Yaréssi, présidente du Collectif des mamans pour sauver l’école souhaite que la vérité sur cette affaire soit dite.

Avec ST

Source : L’Indicateur du Renouveau

(Visited 124 times, 1 visits today)