Présidentielle 2018 au Mali : Moussa Sinko  marque son territoire

Un mois après le lancement de son mouvement, le général démissionnaire, Moussa Sinko Coulibaly, à la tête d’une forte délégation, est en tournée à l’intérieur du Mali. Sans tambour ni trompette, il marque son territoire progressivement.

Dans la perspective de la présidentielle, Moussa Sinko Coulibaly a entamé une tournée à l’intérieur du Mali après son meeting du 20 janvier dernier sur le terrain municipal de la commune VI du district de Bamako.

A trois mois des élections présidentielles, les hommes politiques se sont lancés à la conquête des électeurs flottants évoluant dans les associations et clubs. Pour cela, l’ancien directeur de l’Ecole de Maintien de la paix Alioune Blondin Bèye et non moins ancien ministre de l’administration territoriale, veut se faire une place sur l’échiquier politique malien. Très remonté contre le Président de la République, Moussa Sinko Coulibaly prône l’alternance partout où il passe.

A l’étape de Kayes, il a été reçu par le chérif de Nioro, une personnalité religieuse dont l’influence sur les élections présidentielles n’est point cachée au Mali. Ensuite, il s’est rendu à Koulikoro et dans ses différents cercles. La délégation a ensuite posé ses valises dans la troisième région, Sikasso,  considérée comme le basion électoral du Mali. Selon un de ses bras droits, il a été accueilli comme un prince par les populations qui ont adhéré à son idée de faire le Mali autrement.

Le général et ses hommes ont bravé la menace terroriste des cercles de Ségou et Mopti, devenus les sanctuaires des djihadistes. Le week-end dernier, ils ont entamé l’étape de Tombouctou où les notables et les clubs de soutien venus des cercles leur ont réservé un accueil chaleureux.

Le mardi dernier Moussa Sinko Coulibaly et sa délégation ont été accueillis à Gao où la tension reste vive entre les communautés. Dans la cité des Askia, Moussa Sinko Coulibaly a été  surpris par la grande mobilisation des groupes armés en sa faveur, en particulier les gens de la CMA.

Selon certaines sources sur place à Gao, plus d’une quarantaine de véhicules sont venus de différents cercles de Tombouctou pour prendre part à la grande conférence de Moussa Sinko Coulibaly. Leur présence a même créé une panique générale dans une ville où les Sonrhaïs et les Arabes se regardent en chiens de faïence. « Nous étions vers 13 heures quand les pick-up remplis des gens de la CMA ont fait leur entrée. Tout le monde a eu une peur au ventre car on ne savait pas ce qu’ils allaient faire », témoigne un ressortissant de Gao.

Partout, le général démissionnaire Moussa Sinko Coulibaly a fait passer le même message : faire le Mali autrement.

La particularité de la mission de Sinko est que, même les clubs et associations cotisent pour prendre en charge le logement et la restauration de la délégation. Une manière pour les fans de Moussa Sinko d’exprimer leur engagement et leur détermination pour la cause de leur ténor. La semaine prochaine, il est prévu que la délégation de Moussa Sinko Coulibaly se rende à Kidal pour prendre langue avec les notables et les populations.

Modibo L. Fofana

Source : Le Challenger

(Visited 289 times, 1 visits today)