Mali : Des Assises de haut niveau sur les accidents de travail !

C’est ce 2 février 2018 que la Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES) a pris fin à Azalai Hôtel de l’Amitié de Bamako. L’objectif est de valider la Liste Harmonisée des Maladies et du Barème Indicatif d’Indemnisation des Séquelles des Accidents du Travail.

Ouvertes le 1er février 2018, ces assises ont regroupé les États membres de la Conférence Interafricain de la Prévoyance Sociale (CIPRES). Sur le plan national, des organismes comme l’Institut National de Prévoyance Sociale (INPS), la Caisse Malienne de Sécurité Sociale, les organisations de la Sécurité Sociale, les représentants des Organisations Professionnelles d’Employeurs et des Travailleurs et autres ont pris part aux différents travaux.

A l’ouverture des Assises, le représentant du ministre de la Solidarité et de l’Action Humanitaire, Amadou Diallo, a précisé que la prévention des risques professionnels demeure une préoccupation majeure et constante du Gouvernement malien. « Votre présence distinguée, qui rehausse d’un éclat particulier notre cérémonie, est tout simplement la preuve, si besoin en était-il de le dire, de votre attachements aux multiples efforts déployés par notre pays pour la promotion d’un cadre de travail sûr et salubre pour tous », a-t-il ajouté.

Toujours dans son discours, le représentant du ministre de la solidarité et de l’action humanitaire a expliqué que durant les 20 dernières années, les progrès techniques réalisés ont apporté la prospérité certes, mais elles ont engendré aussi des accidents, des maladies, des handicapes et des morts brisants ainsi de nombreux destins. « Au Mali, pour le seul secteur privé, plus de 400 lésions professionnelles sont enregistrées chaque année », a-t-il précisé. Pour lui, ce nombre n’est pas acceptable, encore qu’il ne s’agit que de la partie visible de l’Iceberg. « Nous disposons, pourtant aujourd’hui, d’un ensemble de textes législatifs et réglementaires assez important et l’un des plus exigent de notre sous-région » a-t-il ajouté.

Amadou Diallo a noté par la suite que ceci sont des rasions suffisantes de poursuivre et d’appliquer  l’action de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles en mobilisant l’ensemble des énergies et des moyens disponibles. « Aussi efficace que soit la prévention, l’accident du travail et la maladie professionnelle restent, hélas, une réalité. Il nous faut alors protéger, aider, et diligenter l’indemnisation des victimes. C’est l’honneur de notre système de protection sociale que d’y parvenir », a-t-il conclu.

Amadou Kodio, afrikinfos

(Visited 34 times, 1 visits today)