Mali : Une nouvelle démission du parti au pouvoir (RPM) !

A 5 mois de l’élection présidentielle, le parti présidentiel, le Rassemblement Pour le Mali (RPM) continue de saigner. Après les vagues démissions dans la commune du Mandé et au sein de l’Assemblée Nationale, c’est le tour de Yoro Diakité, secrétaire général adjoint du Bureau des jeunes de la commune III du District de Bamako, de plier ses bagages. Une équipe de afrikinfos l’a interrogé, lisez plutôt ses réactions !

Monsieur Diakité, comment expliquez-vous votre démission à seulement quelque mois de l’élection présidentielle ?

Je vous remercie pour l’opportunité que vous m’avez offerte. Oui effectivement, c’est après consultation au niveau de ma base avec l’ensemble des membres des 4 comités de ma sous section (N’Tomikorobougou) et après analyse des derniers événements politiques, je n’avais pas d’autres choix que de démissionner. Vous savez, depuis les premières heures de la gouvernance d’IBK sous les couleurs du RPM, un flou total s’est installé au sein du parti où chacun était déjà rentré dans son petit calcul personnel sans se soucier du parti. Du coup, les relations entre les membres et les cadres du parti se sont dégradées. Les membres du Bureau Politique Nationale (BPN) n’arrivent plus à nous dire réellement ce qui se passe au sommet, surtout entre le parti et le président IBK. Alors, chacun fait ce qu’il veut et dit ce qu’il pense. Ainsi, après plus de quatre ans au pouvoir, le RPM n’a fait que 8 mois à la Primature, à travers le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. Sincèrement, je trouve cela politiquement anormale. Qu’on le dise ou pas, qu’on le veuille ou pas, ça ne va plus entre le parti et le Président de la République. Le RPM est assis sur une braise. Il suffit d’une toute petite étincelle, pour que tout éclate.

Mais qu’est-ce qui explique tout cela ?

Vous savez, Si je dis que ça ne va plus au sein du RPM, c’est avec preuve à l’appui. Moi-même, je suis témoin et à la fois victime de la mauvaise gérance du parti dans ma propre sous section de N’Tomikorobougou. Le secrétaire général de la section III, un certain Ibrahima Bomboté qui prend ce parti en otage depuis plusieurs années, n’accorde aucune importance au cadre valable ou militant valeureux de sa section. Il ne cherche qu’à sauver son poste, il n’a aucune ambition pour faire avancer le parti. Il est arrivé jusqu’à me dire un jour : « mon petit, en politique le langage de la vérité n’existe pas ». C’est pour vous dire à quel point ce monsieur est nul en politique et que son seul but est de décourager les autres ou même de radier, avec des faux arguments, nos cadres militants de la section, par exemple Salif Sissoko dit brillant qui a été victime des mensonges calomnieux de Bomboté.  De même, il n’a jamais voulu travailler avec le bureau de la jeunesse. Vraiment avec toutes ces injustices au sein du parti, il est difficile d’atteindre le résultat souhaité. Voilà encore ce qui m’a poussé à quitter aujourd’hui le RPM.

En plus de cela, que reprochez-vous au cadre du parti ou plus précisément au Président IBK quant à la gestion du parti  qui l’a amené au pouvoir?

En réalité, je ne reproche rien au Président de la République. Le gros problème est qu’on nous (membres du parti) fait croire souvent qu’IBK dit que s’il est Président aujourd’hui ce ne pas grâce au parti RPM. Si ces propos étaient vrais, pourquoi serait-il allé avec les couleurs du parti ? Il pouvait aller en indépendant. En tout cas, moi je vous assure ici que notre Président a l’amour du Mali et je suis sûr qu’il se soucie jour et nuit de ce pays. D’ailleurs, il a fait de son mieux et qu’à mon avis des avancées sur le plan sociopolitique ou économique ont été constatées. Certes, beaucoup de choses sont à revoir et qu’il n’a pas la solution à tous les problèmes, mais sincèrement je croix qu’il a l’amour de ce pays.

Souhaitez-vous qu’il soit candidat à la présidentielle prochaine ?

Oui je le souhaite, mais avec l’instabilité et le cahot total au sein du parti, je ne pense pas que ça soit une bonne idée. En tout cas, moi personnellement, je lui conseille de ne pas se présenter dans ce nuage.

Et par rapport au bureau national de la jeunesse ?

Très bonne question, avec tous ces problèmes au sein du parti tout mon espoir était basé sur le président Moussa Timbiné. Au moins lui, il se souciait beaucoup de sa jeunesse. Mais ses derniers temps également,  nous avons constaté que le camarade Moussa collabore beaucoup plus avec les associations et la société civile qu’avec les jeunes du parti. Donc là aussi, le doute règne si toutefois il n’oublie pas cette base qu’il a lui-même consolidée. Tout cela me donne à réfléchir.

Pourriez-vous, un jour, revenir sur votre décision si jamais le parti insistait là dessus ?

Dans cette situation, je ne vais jamais revenir sur ma décision. Elle reste irrévocable. Dans un parti où un flou total s’est installé et là encore je vais vous dire que j’avais beaucoup d’amour pour ce parti et j’ai fait tout ce que je pouvais. Les gens sont prêts à me suivre. Mais je pense qu’à un moment, il faut prendre une décision et  c’est ce que j’ai fait.

Amadou Kodio, afrikinfos

(Visited 253 times, 1 visits today)