Ségou : Un lycéen devenu preneur d’otages !

«Le gourmant creuse sa tombe avec ses dents », a-t-on  l’habitude de dire. Décidément, dans la cité des Balanzans c’est l’argent à tout prix. Et pour cause, c’est un Lycéen, un jeune ségovien de bon teint, surnommé Caporal qui se jette en pâture pour avoir de l’argent par tous les moyens,  pensant que cela lui rendra la vie meilleure. Dans cette optique, une idée lui taraude l’esprit ; celle d’organiser une d’otage.

Ainsi, un beau matin, profitant de l’absence de mouvement, il met son plan diabolique en exécution. Concrètement, il demanda à un enfant de l’accompagner à la boutique pour acheter du yaourt. Dans la rue, les deux croisent un tricycliste qui leur conduit dans une famille, à Pelingana, un quartier situé dans la périphérie de la ville de la Cité des Balanzans.

Là, notre Lycéen a pris soins sur lui de garder son otage dans un lieu sûr. Alors, il appela le  père de l’enfant pour l’informer de l’enlèvement. Après il rappela le père paniqué en lui demandant une rançon s’il tient à revoir son enfant.

Toutefois, dans un premier temps, le père pensait avoir à faire à une plaisanterie. Mais, quelque temps après, son téléphone sonne avec le même numéro. Là, notre Lycéen passe le téléphone à l’enfant qui crie «Papa vient me chercher ! Papa vient me chercher ! ». Le père pour se rassurer d’être bien lucide passe un coup  de fil dans sa famille. Effectivement, on l’apprend que Junior, c’est le surnom de l’enfant, a disparu. Le ravisseur insiste et l’appelle encore, pour cette fois, il réussi à avoir toute l’attention du père de Junior. Le ravisseur demande un  million de francs CFA. Mais, cependant, le jeune ravisseur, amateur en la matière, n’a pris aucune précaution de se protéger en évitant de pouvoir être localisé à partir de son appareil. Il oublia que la technologie fait des progrès. Alors, la Police alertée, sollicita à son tour, sur ordre de Procureur de la République près de la Région de Ségou, la coopération de l’opérateur gestionnaire du numéro de notre imprudent Lycéen. Ainsi, la Police tendit un piège à Caporal. Ce, à l’aide d’une somme fictive de 100.000 francs plus les frais qui lui a été envoyée en sa qualité de preneur d’otages.

Confiant d’avoir réussi son coup, le preneur d’otage  fit sortir le jeune adolescent de sa cachette. Entre temps, la police avait déjà posté ses éléments aux alentours du lieu de retrait  du butin.

Stratégiquement, un agent de sécurité bien déguisé en civil a remplacé le Gérant et un autre était arrêté faisant semblant d’effectuer une opération. Comme ça, la police a réussi à mettre le grappin sur  Caporal, notre jeune Lycéen érigé en jeune ravisseur.

Junior a été retrouvé et rendit à ses parents sain et sauve tandis que Caporal lui, est mis aux arrêts.

Le fouineur

Source : Le Combat

(Visited 23 times, 1 visits today)